Avant d’écrire

2008… Petits Cailloux de Palestine se veut le lieu où je tente de semer quelques galets, notes et photos, de mon -si bref- voyage palestinien.

Sachant que l’on ne dira jamais assez, et jamais assez bien. Qu’il restera toujours un doute sur l’efficacité de la transmission, la réalité du message, la foi ou la (dé)raison que l’on place dans tout cela. Et sachant que se taire sera pire. Mais qu’importe. Allons-y, Yallah.

En guise de préface, j’ai l’autorisation de reprendre une introduction qui parlait d’un autre Mur, en résonance, et la place sur ce mur-ci.

§ § §

« AVANT DE PARLER

Je prends en charge cette parole parce qu’aussi beaux qu’ils soient on ne peut pas toujours parler des oiseaux, fussent-ils dans la triste et belle volière de Nicosie, parce qu’aussi proches soient-ils les méandres de l’âme humaine ne suffisent pas, parfois, à nous accaparer.

Je prends en charge cette parole pour dire une terre, petite si l’on veut, lointaine si l’on veut, une terre entre autres, fendue, divisée, séparée.

Ce n’est pas une cause, c’est une douleur.

Je dédie ce texte à toutes
les majorités qui sommeillent
dans les minorités. »

Philippe-Marie Bernadou,
« Deuil de Chypre »

§ § §

2010… Je dois à nouveau m’excuser, sans avoir d’excuses, pour avoir mis tant de temps avant de livrer ici ce genre de témoignage. J’espère, ce faisant, répondre un peu à la simple et impossible demande faite par un ami palestinien, un homme debout :

« Tell what you see. »

Publicités

Suivre les Petits Cailloux – sommaire

La colonne de gauche n’affichant pas tous les articles, on peut utiliser ce billet pour accéder directement aux différentes parties de la mission civile.

Jérusalem…

00 – L’ARRIVEE
01 – JERUSALEM / AL QUDS (AIC organization, colonie et camp de Shout Jarrah)
02 – JERUSALEM EST, SHEIKH JARRAH (les expulsions du quartier de Jérusalem Est)

Territoires de 48…

03 – AKKA / SAINT-JEAN D’ACRE
04 – NAZARETH (parti du National Democratic Assembly, colonies)
05 – NAZARETH, SUITE – VILLAGES DE 48 (syndicat Labour’s Voice, Association of Forty, villages El Ayim et Serkis)

Territoires Occupés…

06 – NI’LIN
07 – RAMALLAH
08 – MA’SARAH, LA MANIFESTATION
09 – MA’SARAH, VILLAGE
10 – HEBRON
11 – HEBRON, LES QUARTIERS
12 – HEBRON – LA MOSQUEE
13 – HEBRON – LES DESSINS DE NISREEN
14 – NABLUS / NAPLOUSE
15 – NABLUS, CENTRE POUR ENFANTS, CAMP D’ASKAR
16 – PRISON D’AL-FARA

Non-conclusion, questions et commentaires…

17 – ECHOS

En vous souhaitant une bonne lecture.

Carte – La Palestine de 1946 à nos jours

Source : Enfants de Palestine.

00 – L’arrivée

* Manifestation de Ma’sarah *

Depuis cette photo, qui reste à mon cœur une des plus chères, plus de vingt autres missions civiles sont parties en Palestine, et sont revenues, avec des récits, des images, des rencontres. Les témoignages à mille mains sont sur le site du CCIPPP, ainsi que les éléments pour partir en mission civile.
On peut donc y trouver, récit collectif, le compte-rendu de la mission 140, ainsi que quelques autres photos.

Ce qui suit constitue un mélange de mes notes personnelles, de ce récit de mission, et de mes souvenirs.

§

L’ARRIVEE

« I DON’T BELIEVE YOU »

Aéroport de Tel Aviv

Atterrissage de nuit, et aéroport plein de monde et de lumières électriques. Trônant au milieu, une fontaine géante en pays sec.
Paradoxes d’emblée.
Le terminal grouille, il y a du mouvement, des touristes, des boutiques ouvertes en pleine nuit, et des soldats absolument partout. Uniformes bleus ou marrons, armés. Lire le reste de cette entrée »

01 – Jérusalem /Al Quds

* Manifestation de Ma’sarah *

WEST JERUSALEM

« ABOUT JERUSALEM MICROCOSM »

Courte nuit pour les derniers couchés. Passons par la porte de Damas pour rejoindre l’AIC, première association que nous rencontrons ici.

Sur le trajet, notre guide du jour rapporte les propos d’un autre groupe, de Génération Palestine, qui rentre d’Hébron : « camp de Hébron très dur, ils entendent les incursions nocturnes des soldats israéliens. Il y a eu cinq morts hier soir ». Lire le reste de cette entrée »

02 – Jérusalem Est, Sheikh Jarrah

* apartheid Sheikh Jarrah *

« WE LIVE THROUGH THIS »

Sheikh Jarrah

Le désormais célèbre Sheikh Jarrah est un quartier de East Jerusalem où vivent 28 familles réfugiées, menacées d’expulsion et placées dans ce quartier par décision internationale.
Nous sommes accueillis dans la cour d’une des familles, la famille Al Kurd, celle de la fameuse maison aux deux portes. La maison coupée en deux, où la partie plus récente, agrandissement construit à l’origine pour le fils de la famille, est squattée par des colons, eux-mêmes protégés par un milicien privé, qui sort de sa guérite dès qu’on lui téléphone, pour traverser la cour et les accompagner à la porte, avant de les voir disparaître derrière les volets sempiternellement fermés. Lire le reste de cette entrée »

03 – Akka / Saint-Jean d’Acre

* cour du khan, Akka *

« CHANGE IDENTITY OF THE CITY »

Akka / Saint-Jean d’Acre

Akka, ou Saint-Jean d’Acre, est une importante cité historique. De nombreux habitants en ont été chassés en 1948. « Akka is a mixed city, like a microcosm of Israël ». Actuellement, la population se compose de 30% de population arabe, et de nouveaux arrivants juifs.
Officiellement la co-existence se passe bien. Mais tout ne le montre pas, au contraire. Lire le reste de cette entrée »

04 – Nazareth

* villages de 48, travaux *

« THIS IS REAL ISRAEL. LOOK »

Nazareth

Il n’y a pas de bus direct pour se rendre de Jérusalem à Nazareth. Ceci est décrit comme fait volontairement, car les Palestiniens doivent demander l’autorisation, et Nazareth est une ville arabe.

Nous rencontrons, au siège social de son parti, Awad Abdel Fatah, journaliste et secrétaire général de la NDA (National Democratic Assembly), qui a trois sièges à la Knesseth. Lire le reste de cette entrée »

05 – Nazareth, suite, villages de 48

* Nazareth – bidons sur le toit *

« OCCUPATION IS A PLAN »

Nazareth – rencontre avec le syndicat Labour’s Voice

Labour’s Voice est le syndicat qui défend les droits des travailleurs arabes israéliens ainsi que des chômeurs. Reprise des esprits, et des chiffres, et cela dépasse, ici aussi, l’imagination. (là-bas on nous passera des DVD documentaires que je me suis fait piquer en même temps que mon drapeau des prisonniers !)

Petit état des lieux des Palestiniens au travail. Lire le reste de cette entrée »

06 – Ni’lin

* le passage d’un monde à l’autre *

« NOT THE TRUTH »

Entrée dans les Territoires Occupés – Ni’lin

Lever très matinal dans la cour de Sheikh Jarrah. Petite nuit, car les nouvelles nocturnes nous ont passablement retourné.
En effet, le petit Ahmed, dont nous avons appris le décès la veille – mais pas encore les circonstances, a été rejoint par son cousin de 19 ans, que l’on nous dit « déclaré en mort cérébrale ».
Des soldats lui ont tiré dessus le jour des funérailles de Ahmed auxquelles nous n’avons pas pu assister. Lire le reste de cette entrée »

07 – Ramallah


* Mur proche de Ramallah, inscription CTRL+ALT+DELETE
faite en 2005 lors d’une action « STOP THE WALL » *

« YOU ARE NOT A PALESTINIAN,
YOU ARE AN ISRAELIC ARAB »

Dans ce billet, quelques photos de Ramallah et du grand checkpoint pour atteindre la capitale des Territoires Occupés. Ville vivante, bondée, comme on peut le voir, très différente des petits villages et grands déserts quadrillés de murs.
N’ayant pas de notes précisément sur cette arrivée à Ramallah, j’intercale d’autres bribes (mes papiers sont parvenus aussi mélangés que le peut l’être la situation), points d’histoire et généralités, issus de la rencontre avec le secrétaire général du NDA, quelques jours auparavant.

Sur la Naqba en 1948 : « First, they tried to claim there were no people in Palestine, and solved, partially, the problem, by transferring people. They took half of Palestina lands ».

/ D’abord, ils tentèrent de clamer qu’il n’y avait pas de peuple/de gens en Palestine, et résolurent, partiellement, le problème, en déplaçant les populations. Ils prirent la moitié des terres palestiniennes. Lire le reste de cette entrée »

08 – Ma’sarah, la manifestation

* départ pour la manifestation, Ma’sarah *

«WE ARE SUFFERING »

Suite à l’espèce d’épreuve du feu qu’a constitué Ni’lin, nous atteignons Ma’sarah via un autre ‘service’. J’apprends quelques mots d’arabe. L’atmosphère dans le groupe est parfois tendue, de plus en plus (autre réaction après les rires et la stupeur, l’agressivité), parfois éclatent des disputes idiotes, égocentriques, mais cela ne m’atteint pas trop, infiniment moins en tout cas que les histoires de balle à fragmentation dans la tête des enfants.
Bref.
Nous retrouvons l’autre partie du groupe, qui nous parle de Bethléem.

Et nous sommes accueillis dans la maison de J., qui est tout simplement quelqu’un d’extraordinaire. Agriculteur, père de famille, militant politique de longue date, ancien prisonnier, calme, présent, disant des mots vrais qui coulent tout seuls.

Lire le reste de cette entrée »

09 – village de Ma’sarah

* dessin de colombe, Ma’sarah *

« NO MORE BLOOD »

Après-midi, pour une fois, de pause.
Après réunion, nous décidons de rester ici ce soir encore, car il y a eu beaucoup d’internationaux à cette manifestation et à la précédente -français, italiens, anglais, canadiens, américains, etc-, et donc les soldats vont probablement faire des incursions nocturnes.
L’on nous explique que notre présence peut être, diplomatiquement, un frein à ça. Lire le reste de cette entrée »

10 – Hébron


* Ciel d’ordures, vieille ville d’Hébron *

« VERY SPECIAL KIND OF RESISTANCE »

Les nuits sont courtes, tendues. Mais c’est un moment adéquat, pour certains d’entre nous, dans le flot des questions et de la confrontation à cette réalité, pour verser des larmes discrètes, quand il nous semble parfois indécent de pleurer face à des personnes qui souffrent, réellement, et nous non. La nuit, c’est plus pratique. Il y a moins besoin de devoir répondre à ce paradoxe structurel que constitue ce voyage : partager, compatir, témoigner, et les limites de tout cela.
Passer checkpoint après checkpoint, multiplier les situations de contrôle, et donc un peu les vivre, en choisissant sciemment la file palestinienne et non l’israélienne (une ou deux heures d’attente, au lieu de cinq minutes, parfois), tout en sachant bien que c’est grâce à nos passeports français que nous passons si aisément. Que nous pouvons traverser le pays en un jour.
Passer d’une ville à l’autre, d’une absurdité à l’autre, du simple fait de ce papier-là.

Lire le reste de cette entrée »

« Older entries